Allez au contenu , Allez à la navigation

ESPACE CLIENT
Pour profiter de tous vos services : factures, trajets, alertes...
Se connecter
>
> Conduite de nuit : redoublez de vigilance !

Conduite de nuit : redoublez de vigilance !

Publié le 24.11.2010

Profiter jusqu’au dernier moment de ses congés de Noël, éviter les embouteillages de la journée... De nombreux automobilistes préfèrent rouler sur l’autoroute la nuit, même si le risque d’accident y est plus élevé que de jour. Le point sur les précautions à prendre.

Pour conduire sereinement de nuit, des règles s'imposent...
Pour conduire sereinement de nuit, des règles s'imposent...

Règle n°1 : préparez votre départ

Avant votre départ, accordez-vous une bonne nuit de sommeil ou une sieste. Évitez les repas copieux qui favorisent l’endormissement. Abstenez-vous de toute consommation d’alcool ou de stupéfiants et proscrivez les médicaments pouvant entraîner des somnolences.

Règle n°2 : la pause s’impose

Picotements dans les yeux, bâillements répétés, crispation du cou et des épaules, difficultés à maintenir une trajectoire constante, tête lourde, changements fréquents de position… Ces signaux de fatigue vous indiquent qu’il est grand temps de faire une pause, quelle que soit la distance qu’il vous reste à parcourir. Même si vous ne ressentez pas ces symptômes, arrêtez-vous au minimum 15 minutes toutes les 2 h ! Les réseaux APRR & AREA mettent à votre disposition des aires de repos tous les 20 km et des aires de services tous les 40 à 50 km. Profitez-en pour vous dégourdir les jambes et vous étirer. Lors d’une pause, vous pouvez également fermer les yeux une vingtaine de minutes pour récupérer. Si la fatigue persiste, passez le volant à un passager disposant du permis de conduire. 

Règle n°3 : évitez les heures à risque

Évitez de conduire entre 2 et 5 h du matin : c’est le moment où vos réflexes et votre vigilance sont au plus bas. 

Règle n°4 : adaptez-vous à la faible visibilité

On dit souvent que « la nuit, tous les chats sont gris ». C’est vrai ! La nuit, votre vision est amoindrie : les contrastes diminuent, la vision des couleurs est dégradée et de nombreux détails visibles de jour vous échappent. Et comme les feux de croisement, utilisés sur l’autoroute, éclairent au mieux à 50 m, vous ne voyez les obstacles qu’au dernier moment. Voici donc quelques recommandations…

  • Avant de prendre le volant, vérifiez le fonctionnement et la propreté de vos feux de croisement et de vos autres feux (que vous allumerez quand vous quitterez l’autoroute). Nettoyez-les si besoin.
  • Évitez de conduire de nuit si vous avez des maux de tête ou si vous n’êtes pas à l’aise.
  • Plus généralement, faites régulièrement contrôler votre vue chez l’ophtalmologiste et portez des lentilles ou des lunettes adaptées.

En cas de problème la nuit...

En cas d’accident ou de panne nocturne, allumez vos feux de détresse et garez-vous, si vous pouvez encore rouler, sur la bande d’arrêt d’urgence. Avant de sortir de votre véhicule pour rejoindre la borne SOS la plus proche, pensez à enfiler votre gilet de sécurité. Avec lui, vous serez visible à 160 m de nuit, sans lui, à 30 m seulement. Néanmoins, ne faites jamais signe aux autres conducteurs pour qu'ils s'arrêtent. Ils ne vous verraient qu'au dernier moment et risqueraient d’effectuer des manœuvres dangereuses.

À voir aussi