Allez au contenu , Allez à la navigation

ESPACE CLIENT
Pour profiter de tous vos services : factures, trajets, alertes...
Se connecter
>
> Conduite en hiver : testez vos connaissances

Conduite en hiver : testez vos connaissances

Publié le 05.12.2016

Sécurité, carburant, pneus neige, chaînes… L’hiver change drastiquement les conditions de circulation sur route comme sur autoroute. Êtes-vous prêt à prendre le volant ?

Cover_671x302.jpg
En savez-vous assez sur la conduite en hiver ?

VRAI ou FAUX ?

  1.  Visibilité : vous pouvez être verbalisé si vos vitres sont embuées


  2. VRAI
    45 € d’amende et 1 point de moins sur le permis : c’est ce que vous risquez si vos vitres (pare-brise ou vitres latérales) sont couvertes de buée. Les contraventions sont heureusement rares, mais le danger que représente une mauvaise visibilité n’en est pas moins grand. En hiver, la nuit, la neige, le brouillard et la buée altèrent en effet la vision du conducteur. Il est donc impératif de vérifier son automobile (réglage des phares, remplissage de lave-glace « spécial hiver », chauffage…) et son équipement (grattoir pour le givre, couverture et vêtements chauds en cas de panne, spray dégivrant pour serrures…).
    Si le soleil est de sortie, la réverbération de la neige peut vous éblouir : gardez une paire de lunettes de soleil dans la boîte à gants ! 


  3. Neige : vous devez toujours équiper vos pneus de chaînes dès les premiers flocons


  4. FAUX
    Les chaînes sont réservées aux seules routes enneigées et strictement interdites sur autoroutes. Elles deviennent par ailleurs obligatoires sur certaines routes de montagne, indiquées par un panneau bleu montrant une roue chaînées. Les chaînes doivent alors être montées sur les roues motrices et la vitesse réduite à 50 km/h maximum. Sur certains tronçons, une dispense est accordée aux véhicules équipés de pneus hiver (se reporter à l’indication du panneau bleu).


  5. Carburant : votre voiture consomme plus l’hiver que l’été


  6. VRAI
    Les voitures surconsomment en hiver pour plusieurs raisons. Tout d’abord, le démarrage d’un moteur froid nécessite plus de carburant. Ensuite, on a souvent tendance à réchauffer l’habitacle de la voiture en laissant tourner le moteur durant plusieurs minutes avant de partir. Autre facteur : les pneus perdent en élasticité avec le froid et le moteur doit compenser la résistance au roulement de la roue. Enfin, même en hiver, la climatisation (très efficace contre la buée) consomme au minimum 0,3 litre aux 100 kilomètres.


  7. Conduite : les pneus hiver sont seulement efficaces sur la neige


  8. FAUX
    Les pneus hiver sont plus efficaces sur route sèche comme mouillée dès que la température passe sous la barre de 7°C. Sous cette température, les pneus classiques ont tendance à durcir, ce qui réduit considérablement leur adhérence. Celle-ci se ressent dans les virages, où la tenue de route connaît des ratés, mais également sur les distances de freinage qui s’en trouvent rallongées. La solution : passer chez votre garagiste pour chausser un nouveau jeu de pneus hiver et remiser vos pneus été jusqu’au redoux.


  9. Chaussée : le sel empêche le verglas de se former


  10. PAS TOUT À FAIT VRAI
    S’il n’empêche pas l’eau de geler, le sel abaisse son point de congélation en le faisant passer de 0°C à -7°C. À des températures inférieures, APRR et AREA utilise un autre fondant : le chlorure de calcium.
    Si le sel est efficace pour éviter que le verglas ne se forme sur une chaussée humide, il n’est jamais utilisé sur la neige qu’il transformerait en glace. Le chasse-neige reste alors le meilleur moyen de dégager une voie. Attention : il est interdit de doubler un chasse-neige en action !


Testez votre conduite avant le départ : avez-vous les bons réflexes ?

Faites le plein de services !

Les pauses sur les aires de service du réseau APRR & AREA sont autant d’occasion de faire un petit check-up de votre véhicule. Les aires mettent en effet à votre disposition des raclettes lave-vitre et des stations de gonflage des pneus (en hiver, il est conseillé d’ajouter 0,2 bar à la pression habituelle). Et n’oubliez-pas de vérifier le niveau de votre réservoir de lave-glace et l’état de votre éclairage.

À voir aussi