Allez au contenu , Allez à la navigation

ESPACE CLIENT
Pour profiter de tous vos services : factures, trajets, alertes...
Se connecter
>
> Contresens sur autoroute : attention, danger !

Contresens sur autoroute : attention, danger !

Publié le 06.06.2011

L’autoroute est particulièrement sûre pour une raison simple : tous les véhicules roulent dans le même sens de circulation. Hélas, certains conducteurs prennent parfois la voie à contresens. Une manœuvre dangereuse pour eux comme pour les autres véhicules. APRR & AREA multiplient les mesures pour lutter contre ce danger.

Signalisation des bretelles d’entrée sur autoroute
Signalisation des bretelles d’entrée sur autoroute

1 alerte contresens par semaine sur le réseau !

Lorsque vous arrivez sur l’autoroute, vous êtes guidé pour arriver sur les voies de circulation. A priori, il est donc impossible pour un véhicule de se retrouver à contresens ! « Pourtant, en 2010, nous avons enregistré en moyenne une alerte contresens par semaine. Les automobilistes s’en rendent compte souvent assez vite. Cela nous a permis de n’enregistrer que 6 accidents liés à un contresens en 2010, dont un grave. Un bilan relativement léger compte tenu du danger que représente un véhicule roulant en sens inverse ! », indique Claire Dufossé, responsable Domaine Sécurité APRR.

Des conducteurs désorientés

Les contresens peuvent se produire à différents niveaux :

  • un véhicule prenant une bretelle d’entrée ou de sortie dans le mauvais sens,
  • un véhicule faisant demi-tour au niveau d’une gare de péage,
  • un véhicule faisant demi-tour sur les voies de circulation

« Dans la majorité des cas, les conducteurs roulant à contresens ont leurs facultés altérées, sous l’emprise d’alcool ou de médicaments. Il peut aussi s’agir de personnes âgées désorientées », explique Claire Dufossé.

Alerter au plus vite…

L’important, lorsqu’un tel évènement se produit, est de le détecter au plus tôt. Cela peut être fait par les collaborateurs APRR travaillant au niveau d’une gare de péage, par des agents autoroutiers, ou encore par des clients qui, croisant un véhicule, s’arrêtent à la borne d’arrêt d’urgence pour donner l’alerte.

« Aussitôt, nous prévenons la gendarmerie pour faire intercepter le véhicule. Par ailleurs, nous prévenons les automobilistes en signalant le contresens sur les panneaux à message variable et sur les panneaux d’information situés à l’entrée de l’autoroute. Enfin, nous relayons l’information auprès d’Autoroute INFO afin que soit diffusé un bulletin d’alerte », précise Claire Dufossé.

Une signalisation renforcée

Pour lutter contre ce phénomène, un comité interministériel a demandé à toutes les sociétés d’autoroutes d’inspecter la lisibilité et la visibilité de la signalisation en place ainsi que la géométrie de tous les points d’échange (bretelles d’entrées et de sorties des diffuseurs et des aires). Plusieurs types de mesures ont été mise en place à partir de fin 2010 :

  • une séparation systématique des flux sur les voies à double sens dans les diffuseurs avec l’installation de balises sur les lignes blanches continues,
  • un marquage au sol par des flèches sur les bretelles de décélération des diffuseurs et des aires renforçant ainsi l’impact visuel des panneaux « sens interdit ».

Cela permet d’éviter les contresens « par erreur », mais pas les contresens volontaires…

Le « contresens en marche arrière »

Les contresens volontaires peuvent prendre une forme spécifique : la marche arrière sur autoroute. Il peut par exemple s’agir d’un conducteur ayant raté sa sortie. « C’est aussi dangereux qu’un demi-tour, et formellement interdit. Si vous avez manqué votre sortie, il vous faudra prendre la suivante », précise Claire Dufossé.

À voir aussi