Allez au contenu , Allez à la navigation

ESPACE CLIENT
Pour profiter de tous vos services : factures, trajets, alertes...
Se connecter
>
> Il était une fois APRR & AREA… épisode 1

Il était une fois APRR & AREA… épisode 1

Publié le 13.09.2011

APRR & AREA, c’est aujourd’hui 2 264 km de réseau en service (dont 1 851 pour APRR et 413 pour AREA), 21 milliards de km parcourus par les clients chaque année, près de 4 000 salariés qui veillent à votre confort et votre sécurité… Des chiffres impressionnants, lorsque l’on sait que les 1ers travaux ont été lancés en 1961 ! Retour sur l’histoire de notre réseau…

Premiers bouchons pour le week-end de Pâques
Premiers bouchons pour le week-end de Pâques

Réseau autoroutier : un retard à rattraper

À la fin des années 50, le constat est sans appel : la France a accumulé un retard considérable en matière d’équipements autoroutiers. Le coup d’envoi du développement des autoroutes françaises est donné avec la loi du 18 avril 1955 portant sur le statut des autoroutes à péage. Les pouvoirs publics lancent alors une ambitieuse politique de construction, avec une priorité : l’axe Paris-Marseille, qui constituera l’épine dorsale du réseau.

Il faudra pourtant attendre quelques années avant que les projets ne prennent forme : le temps de définir le tracé et de débloquer les budgets. Le 28 septembre 1961, est créée la « Société de l’Autoroute Paris-Lyon », la SAPL, qui deviendra bien plus tard APRR. Cette petite société au capital initial de 500 000 francs bénéficiera d’emprunts obligataires garantis par l’État pour financer ses projets. Les travaux débutent alors en Bourgogne, dans l’Yonne, par une section de 25 km entre Vitry et Auxerre …

1960-1970 : le temps des pionniers

La 1re décennie de l’histoire d’APRR est marquée par la découverte : tout est à imaginer, inventer, perfectionner. D’énormes machines font leur apparition pour créer l’autoroute, comme celle dite « à coffrages glissants », capable de fabriquer 500 m de voie par jour. Une nouvelle signalisation est mise en place. Des passerelles permettant aux piétons mais aussi aux animaux de franchir l’autoroute sont conçues. Le métier de receveur-péager fait son apparition.

À la découverte de l’autoroute

Les travaux titanesques démarrent, attirant de nombreux curieux. Un 1er tronçon de 25 km est inauguré en novembre 1963. En 1967, le plus long itinéraire autoroutier français est mis en service : les automobilistes peuvent relier Paris à Avallon.

Les Parisiens sont bien décidés à découvrir l’autoroute. En mars 1967, le week end de Pâques voit ainsi déferler des milliers de voitures. Toutes n’arriveront cependant pas à bon port : Dauphines, Arondes et autres Peugeot 403 ne sont pas conçues pour rouler vite sur de longues distances. Joints de culasses et bielles rendent l’âme, les garagistes sont submergés. Quant aux automobilistes, plus chanceux, qui atteignent le péage de sortie, ils découvrent… leur premier bouchon !

Une nouvelle culture

Peu à peu, la « culture autoroutière » se met en place. La SAPL va en particulier organiser l’assistance sur autoroute avec des garagistes agréés. Puis en 1969, la SAPL va, en plus de l’exploitation commerciale de l’autoroute, prendre en charge l’entretien et la sécurité. Huit centres d’entretien sont mis en place, aménagés tous les 50 km le long de l’autoroute. Des équipes de sécurité sont également recrutées pour veiller jour et nuit sur les automobilistes : un héritage soigneusement entretenu depuis par APRR & AREA !

À la fin de la décennie, en 1970, AREA sera créée pour exploiter les autoroutes Rhône-Alpes. Une naissance à découvrir dans notre prochain article…

À voir aussi