Allez au contenu , Allez à la navigation

ESPACE CLIENT
Pour profiter de tous vos services : factures, trajets, alertes...
Se connecter
>
> Les comportements au volant - 3/3

Les comportements au volant - 3/3

Publié le 30.05.2012

Manque de concentration ou infraction délibérée au Code de la route, les accidents résultent souvent des risques pris par les conducteurs. Panorama des comportements à risques au volant.

Plus vous roulez vite, plus vous devez maintenir une distance importante entre votre véhicule et celui qui vous précède
Plus vous roulez vite, plus vous devez maintenir une distance importante entre votre véhicule et celui qui vous précède

Rester concentré

Un accident relève parfois d’impondérables, comme lorsqu’un véhicule subit une avarie mécanique ou que les conditions météorologiques rendent la conduite difficile. « Mais dans la quasi-totalité des cas, c’est le comportement du conducteur qui est le facteur aggravant de l’accident. Par exemple, la somnolence ou l’utilisation du téléphone au volant limiteront la rapidité des réflexes du conducteurs lorsque celui-ci se retrouve confronté à un danger », explique Camille Delorme, Chargée d’études sécurité routière chez AREA.

Pour éviter de courir le moindre risque, la règle est simple : il faut toujours se reposer régulièrement pour éviter la somnolence et rester concentré sur sa conduite afin de pour garder la pleine maitrise de son véhicule !

Les infractions au code de la route

En parallèle, la conduite à risques relève souvent d’infractions délibérées au code de la route ou de prises de risques inconsidérées.

  • Une vitesse inadaptée : au-delà du dépassement des limites de vitesse, c’est souvent une vitesse inadaptée aux conditions météorologiques (pluie, verglas, brouillard etc.) ou de circulation qui entraîne les accidents.
  • Le non-respect des interdistances : la distance à respecter entre chaque véhicule est proportionnelle à la vitesse. Plus vous roulez vite, plus vous devez maintenir une distance importante entre votre véhicule et celui qui vous précède. En respectant ce principe, chaque conducteur aura le temps de freiner et d’éviter l’impact en cas de ralentissement brutal de la circulation. Par exemple, à 130 km/h, il faut l’équivalent d’un terrain de football pour s’arrêter. Notons que le non-respect des interdistances se conjugue souvent à une vitesse mal adaptée aux conditions de circulation.
  • L’économie de clignotants : Ne pas utiliser son clignotant au cours d’un changement de voie est un danger pour les véhicules alentour et plus encore pour les motards qui sont les 1res victimes de ce type d’infraction sur autoroute.
  • Les manœuvres dangereuses diverses : changement de voie brutal, dépassement par la droite…

Toutes ces conduites à risque restent les plus faciles à éradiquer car elles demandent simplement de respecter le Code de la route.

Cas extrêmes

Enfin, on peut citer les conduites les plus extrêmes, comme la circulation à contresens par exemple pour faire un demi-tour sur les voies ou effectuer une marche arrière. Ces prises de risques peuvent paraître surprenantes, elles sont pourtant plus communes qu’on ne le croit puisque qu’on dénombre en moyenne une alerte contresens sur autoroute par semaine.

« Le plus souvent, ce type de conduite résulte d’un comportement à risques qui précède la prise du volant : les personnes effectuant de telles manœuvres ont souvent des facultés altérées, par exemple sous l’emprise de l’alcool ou de médicaments », indique Claire Dufossé, Responsable domaine sécurité chez APRR.

À voir aussi