Allez au contenu , Allez à la navigation

ESPACE CLIENT
Pour profiter de tous vos services : factures, trajets, alertes...
Se connecter
>
> Papa, Maman, savez-vous bien conduire ?

Papa, Maman, savez-vous bien conduire ?

Publié le 04.06.2013

La Sécurité routière et les sociétés d’autoroute mènent régulièrement des campagnes d’information sur les risques du téléphone au volant. Mais il existe d’autres gestes dangereux, qui peuvent détourner de la conduite et augmentent le risque d’accident

Papa, Maman, savez-vous bien conduire ?
Papa, Maman, savez-vous bien conduire ?

Garder le contrôle de votre véhicule

« Tout conducteur doit se tenir constamment en état et en position d'exécuter commodément et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent », stipule l'article R412-6 du Code de la route. Un article qui peut laisser libre cours à différentes interprétations. Par exemple, des automobilistes sont régulièrement sanctionnés pour avoir fumé au volant. Le Code de la route ne l’interdit pourtant pas, mais les policiers peuvent estimer que vous avez une conduite dangereuse liée au manque de contrôle de votre véhicule. En effet, attraper son briquet ou allumer une cigarette sont autant de gestes qui vous détournent de la conduite. Notez que la loi qui est à l’étude actuellement pour interdire le tabac au volant ne concerne pas le risque d’accident mais celui de tabagisme passif pour les enfants passagers.

Ne pas se laisser distraire

La 1e des conduites à risque est bien sûr le téléphone au volant. Selon la Prévention Routière près des ¾ des conducteurs utilisent leur téléphone portable au volant. Un comportement risqué, puisque téléphoner en conduisant multiplierait par 5 les risques d’accidents corporels.

Conduire avec son portable à la main – et à l’oreille – est aussi interdit. La sanction ? Une amende de 135 € et un retrait de 3 points sur votre permis de conduire.

Le risque du téléphone au volant n’est pas uniquement dû au fait de ne pas avoir les mains libres : se concentrer sur la conversation avec son correspondant distrait le conducteur et allonge son temps de réaction, donc le risque d’accident.

Même avec un kit mains libres, un conducteur au téléphone contrôle moins ses rétroviseurs, tient moins compte des autres usagers et a généralement une trajectoire moins stable.

Garder les 2 yeux sur la route

Cela voudrait-il dire qu’il faut également éviter de discuter avec son passager ou d’écouter la radio, ce qui pourrait nous déconcentrer ? L’Association canadienne des automobilistes, dans sa liste des sources de distraction en voiture, fait en effet figurer les passagers ! Et en particulier les enfants, qui seraient une source de distraction 4 fois plus importante que les passagers adultes (et jusqu’à 8 fois plus importante pour les bébés). Voici donc quelques conseils qui peuvent vous aider à accroître votre vigilance au volant :

  • Arrêtez-vous pour effectuer tout geste qui vous oblige à quitter la route des yeux : ramasser le doudou de votre enfant tombé par terre, consulter une carte routière ou un agenda, lire un SMS, etc.
  • Au volant, conduisez… et c’est tout. Se remaquiller ou se recoiffer en filant au travail n’est pas une bonne idée ! Et manger un sandwich ou boire une cannette de soda méritent bien une pause.
  • Réglez l’autoradio ou le GPS avant de prendre la route !

Conduire en musique ?

Différentes études ont établi une relation entre musique écoutée et conduite de l’automobiliste. La conclusion ? Le rap, le hip-hop ou le classique rendraient la conduite plus agressive ou plus erratique, tandis que des musiques plus lentes feraient adopter une conduite plus respectueuse du Code de la route ! Il serait surtout important d’écouter une musique qui se cale sur le tempo du battement de cœur humain : le dernier sondage britannique sur le sujet conclut ainsi qu’il vaut mieux écouter Norah Jones ou Coldplay que Ray Charles ou les Black Eyed Peas ! Vous pouvez bien sûr, sur le réseau APRR et AREA, écouter Autoroute Info (107.7 FM), pour bénéficier en plus des infos trafic en temps réel !

À voir aussi