Allez au contenu , Allez à la navigation

ESPACE CLIENT
Pour profiter de tous vos services : factures, trajets, alertes...
Se connecter
>
> Sécurité dans les tunnels : vigilance et technologie

Sécurité dans les tunnels : vigilance et technologie

Publié le 04.02.2013

Sur la route des sports d’hiver, vous allez emprunter, avec le réseau APRR & AREA, de nombreux tunnels. La sécurité y fait l’objet d’une attention particulière. Aujourd’hui, de nombreux dispositifs sont mis en place afin de respecter une règlementation de plus en plus stricte.

Sécurité dans les tunnels : vigilance et technologie
Sécurité dans les tunnels : vigilance et technologie

La question centrale de l’évacuation

« Les tunnels ne sont pas des portions particulièrement dangereuses de l’autoroute : statistiquement, les quelques kilomètres concernés totalisent au contraire moins d’accidents que le reste du réseau ! », rappelle Alain Picard, Chargé de mission tunnels pour le groupe APRR.

Pourquoi, alors, se focaliser sur la sécurité dans les tunnels ? Tout simplement parce qu’en cas d’incident ou d’accident, tout se complique : l’évacuation est plus difficile, par exemple. Mais le risque majeur, redouté par tous, reste l’incendie, particulièrement problématique dans un endroit confiné…

De nombreux dispositifs mis en œuvre

Aussi, pour assurer la sécurité des tunnels, de nombreux dispositifs sont mis en place. Tous les tunnels du réseau APRR & AREA sont aux normes, concernant la ventilation, les sorties de secours, la signalisation, l’éclairage ou encore les équipements de sécurité.

Tout commence par une surveillance de tous les instants. Aucune portion du tunnel n’échappe à une vidéosurveillance constante, grâce aux nombreuses caméras qui scrutent l’ensemble de la voie. Derrière ces caméras, un système de Détection Automatique d’Incident (DAI) lance une alerte lorsqu’un véhicule est arrêté, si un objet est repéré sur la voie ou si une opacité anormale laisse soupçonner un dégagement de fumée.

Des procédures efficaces en cas d’incident

Aussitôt, l’homme prend le relais : « si la DAI détecte une anomalie, un opérateur va immédiatement évaluer la situation, pour comprendre ce qui se passe et réagir au plus vite en conséquence », explique Alain Picard. Á ces caméras s’ajoutent de nombreux détecteurs : de fumée, de qualité de l’air, de température… Cela permet tout d’abord d’ajuster en permanence la ventilation. Mais aussi, de détecter la plus petite anomalie… Enfin, des bornes d’appel d’urgence sont disposées dans les tunnels pour permettre aux automobilistes de contacter le PC Circulation.

Améliorer la sécurité en permanence

En cas d’incident grave, l’opérateur du PC Circulation enclenche aussitôt une série d’actions clairement définies. Cela peut aller de la neutralisation d’une voie, à la fermeture totale du tunnel avec évacuation de tous les automobilistes et de leurs passagers… Enfin, « chaque incident est analysé pour étudier les éventuelles améliorations à apporter, et, chaque année, un exercice grandeur nature est organisé avec les services de secours afin de peaufiner les procédures, la coordination, l’organisation… », rappelle Thierry Thiébaud, chef de centre exploitation trafic du PC CESAR d'AREA.

Respectez les consignes !

Mais les automobilistes ont, eux aussi, leur rôle à jouer. Il leur faut tout d’abord connaître – et respecter – la signalisation et les règles spécifiques appliquées dans les tunnels. Ensuite, il est essentiel de suivre les consignes données par le personnel APRR & AREA, relayées par Autoroute INFO dans les tunnels, qui « prend la main » sur toutes les fréquences en cas d’incident. « Les automobilistes ne prennent pas toujours conscience du risque. En cas d’incendie, quand la ventilation évacue la fumée, ils se sentent en sécurité… mais le vrai risque, c’est la chaleur ! Alors si une évacuation est ordonnée, il est impératif d’abandonner son véhicule, en laissant les clés sur le contact, grâce aux issues de secours ! », insiste Thierry Thiébaud.

À voir aussi