Allez au contenu , Allez à la navigation

ESPACE CLIENT
Pour profiter de tous vos services : factures, trajets, alertes...
Se connecter
>
> Sur la route, nos soldats des neiges sont à vos côtés

Sur la route, nos soldats des neiges sont à vos côtés

Publié le 17.01.2014

En hiver, sur le réseau APRR & AREA, une véritable organisation militaire est mise en place. Dès qu’une annonce de neige ou de verglas est confirmée, les équipes sont envoyées se positionner sur le terrain, avec déneigeuses et saleuses, pour dégager les voies et assurer votre sécurité sur l’autoroute !

518x233_5.jpg
Les soldats des neiges

Être prêt avant l’hiver

La viabilité hivernale – qui regroupe toutes les actions d’entretien du réseau pendant l’hiver, pour combattre neige et verglas – mobilise les équipes APRR & AREA toute l’année. « Dès fin avril ou début mai, sur le réseau AREA, les machines sont démontées : lames et saleuses sont désolidarisées des camions qui, durant l’été, sont utilisés pour l’entretien des espaces verts, le balisages... Les équipements sont contrôlés, entretenus, réparés au besoin, car la corrosion est importante au contact du sel et de la saumure », explique Raymond Joder, Chef de centre chez AREA.

Puis, en octobre, débutent la formation et l’entrainement des acteurs de la viabilité hivernale – agents, cadres, mécaniciens. Les équipements de salages et déneigement sont remontés, réglés sur les véhicules et contrôlés afin de s’assurer qu’ils seront opérationnels le moment venu. Chaque année, l’objectif est le même : être complétement prêt à intervenir avant le début de la période hivernale.

Intervenir au meilleur moment

À compter du 15 novembre – voire avant, si la météo l’exige – les équipes intervenant sur le terrain sont mobilisables à tout moment. Chaque jour, sur la base des informations fournies et analysées par les opérateurs météorologiques, les collaborateurs et les machines sont positionnés sur des points stratégiques du réseau d’autoroutes, afin d’être en capacité d’intervenir au bon moment et au bon endroit.

La précision temporelle et géographique de chaque opération de déneigement dépend beaucoup des informations dont disposent les centres pilotant les équipes sur le terrain. Aux prévisions météo très précises, envoyées par les prestataires spécialisés, s’ajoutent les informations fournies par les capteurs installés sur le réseau (température de l’air, de la chaussée…) et des observations sur le terrain relevées par les rondes de surveillance.

Une fois les informations récoltées, toute la difficulté consiste à définir le bon moment pour intervenir. Répandre sel ou saumure juste avant un épisode de neige ou de verglas permet d’éviter que la neige ne s’accumule sur la chaussée. Mais si cette intervention est menée trop longtemps avant les chutes de neige, elle sera inefficace.

Utiliser les ressources appropriées

Intervenir au bon moment ne suffit pas, les méthodes et les produits utilisés sont essentiels. « Il faut utiliser le fondant le mieux adapté à la température et à l’état de la chaussée, ainsi qu’à la nature des précipitations. Nous utilisons du chlorure de sodium ou de calcium, sous forme de sel en grains ou de saumure. Le choix est technique, mais c’est aussi une question d’expérience », détaille Pierre Bellot, chef de district chez APRR.

Une expérience acquise lors des formations, mais aussi un travail collectif effectué au sein des équipes. « Après chaque intervention, nous effectuons un bilan pour vérifier l’état des stocks de sel et saumure, mais aussi pour tirer des leçons des opérations menées. Par ailleurs, nous pouvons solliciter nos collègues des centres voisins pour des conseils. Nous faisons aussi appel à leur soutien logistique lorsqu’ils sont épargnés par la météo et que nous, de notre côté, sommes confrontés à une situation très difficile. Des machines et des hommes sont alors envoyés en renfort ! », ajoute Raymond Joder. Malgré cette organisation, il est toujours difficile de faire face à certaines conditions météo exceptionnelles : fortes chutes de neige sur une période courte, pluies verglaçantes ou neige par très grand froid.

Des conducteurs parties prenantes

Mais si la météo est parfois imprévisible, un autre paramètre est difficile à maitriser : la circulation.

  • Le premier acteur de la viabilité hivernale est l’automobiliste. Pour circuler l’hiver, il faut avant tout avoir un véhicule en parfait état de fonctionnement et équipé de pneus neige. Par ailleurs, il est conseillé d’emporter avec soi couverture et eau pour tenir si l’on est bloqué sur l’autoroute.
  • Il faut aussi préparer ses voyages en écoutant les prévisions météorologiques et, quand elles sont mauvaises, éviter de se déplacer, si cela n’est pas indispensable. C’est pourquoi, les automobilistes doivent être attentifs aux alertes diffusées par les Panneaux à message variable ou sur Autoroute INFO (107.7 FM). Ils éviteront ainsi d’emprunter le réseau lorsque cela est déconseillé.
  • Quand la neige tombe trop abondamment et que la rotation des chasses neige ne permet plus de maintenir la chaussée en bon état, la préfecture est sollicitée pour obtenir une immobilisation temporaire des poids lourds. En effet, ces derniers ne parviennent alors plus à passer les rampes, aussi bien en montée qu’en descente et se mettent parfois en travers des voies, bloquant ainsi la circulation. Une immobilisation temporaire, sur les aires ou en amont des zones difficiles, est donc indispensable pour permettre le passage des chasses neige afin de rétablir des conditions satisfaisantes de circulation.
  • Enfin, parallèlement au traitement de la chaussée, les équipes doivent prendre en charge les pannes, incidents ou accidents, plus nombreux en période d’hiver.

Autant de défis que les équipes APRR & AREA relèveront cette année encore, pour garantir la sécurité des automobilistes et la fluidité du trafic sur le réseau !


À voir aussi