Allez au contenu , Allez à la navigation

ESPACE CLIENT
Pour profiter de tous vos services : factures, trajets, alertes...
Se connecter
>
> Belle et rebelle : focus sur la Coccinelle

Belle et rebelle : focus sur la Coccinelle

Publié le 23.06.2015

Pour qu’un modèle de voiture reste dans l’imaginaire collectif, il ne doit pas forcément allier luxe et puissance. Nombreux sont les véhicules populaires qui ont marqué l’histoire automobile et sociale. C’est sur ce thème qu’APRR & AREA ont décidé de vous faire découvrir plusieurs voitures de légende au travers d’une série d’articles. Pour ce 1er épisode : la Coccinelle Volkswagen.

671x302_VOITURE.jpg
La Coccinelle Volkswagen

Faux départ et renaissance

Le modèle emblématique de Volkswagen – littéralement « voiture du peuple » – naît dans le contexte tourmenté de l’Allemagne des années 1930. À l’époque, Adolf Hitler souhaite que soit conçue une voiture allemande bon marché capable de concurrencer la Ford T américaine. Il charge alors l’ingénieur et industriel Ferdinand Porsche d’imaginer cette voiture. C’est ainsi que la « KdF-Wagen » est mise sur le marché en 1938. Mais la production est vite interrompue par la 2de Guerre Mondiale.

Au sortir de la guerre, un officier britannique installé en Allemagne, le Major Ivan Hirst, relance production de la petite voiture aux formes convexes dans une ancienne usine Volkswagen. De 1948 à 1951, la production quadruple, passant de moins de 20 000 unités à plus 80 000. La légende est née.

Un succès planétaire !

Exportée à partir de 1949, la Coccinelle connaît un vif succès en Europe, au Brésil, en Afrique du Sud et aux États-Unis. Son prix abordable, sa réputation de voiture robuste et ses lignes d’une élégante rondeur séduisent le grand public. Paradoxalement, elle est loin d’être la voiture la plus compétitive du marché. Sa consommation d’essence est élevée, l’habitacle intérieur peu confortable et son moteur très bruyant – une sonorité tapageuse dont sont familiers tous les amoureux de la Coccinelle. En outre, son réservoir placé à l’avant et son moteur à l’arrière compromettent la tenue de route et la sécurité des passagers. Mais qu’importe, elle plaît !

La millionième Coccinelle sort de l’usine en 1955. En 1959, la production annuelle dépasse les 600 000 unités et le million en 1963. La culture populaire occidentale investit alors le véhicule. Dans les pays anglo-saxons, elle est surnommée « beetle » (scarabée, en français) et devient l’icône des hippies alors que le mouvement « flower power » bat son plein. À la fin des années 1960, elle devient même une vedette populaire. Elle apparaît alors sur la pochette mythique de l’album des Beatles « Abbey Road » et incarne le personnage principal du film Disney « Un amour de Coccinelle » dans lequel elle est douée d’intelligence, de malice et aussi d’une bonne dose d’orgueil…

New Beetle : la relève ?

La Coccinelle sera produite en Europe jusqu’en 1978 puis dans les usines de montage brésiliennes, mexicaines, sud-africaines et égyptiennes. En 2003, Volkswagen abandonne définitivement la production. Au total, plus de 21 millions d'exemplaires auront été vendus à travers à le monde.

Mais les légendes ne meurent jamais et Volkswagen mesure le potentiel commercial d’une réédition du véhicule. Une nouvelle version est mise sur le marché en 1998 : la New Beetle. Renouant avec les formes rondes du modèle original, le véhicule est équipé des dernières technologies automobiles. Le succès critique et populaire est fulgurant ! Si bien qu’en 2011, la New Beetle 2 est lancée. La relève est donc assurée…

À voir aussi