Allez au contenu , Allez à la navigation

ESPACE CLIENT
Pour profiter de tous vos services : factures, trajets, alertes...
Se connecter
>
> Ce sel rend-il la chaussée sèche ?

Ce sel rend-il la chaussée sèche ?

Publié le 27.11.2015

Le sel fait-il vraiment fondre la neige ? Faut-il l’utiliser de façon préventive ? Toutes les réponses de Jean-Charles Thomas, spécialiste du réseau APRR & AREA.

671x302_SEL.jpg
Neige, verglas : la vérité sur les effets du sel

Le sel, un allié contre le verglas

Indispensable à la sécurité de tous sur les autoroutes enneigées ou verglacées, le sel ne fait pas fondre le verglas et la neige contrairement aux idées reçues. Il abaisse le point de congélation, c’est-à-dire la température à laquelle l’eau se transforme en glace (0°C pour une eau pure). APRR & AREA utilisent ainsi le sel jusqu’aux températures de -5°C, voire -7°C, tandis qu’à des températures inférieures, un autre fondant est utilisé : le chlorure de calcium.


« Contrairement à ce que l’on pense parfois, le sel n’est pas répandu sur la neige : il est utilisé en prévention, sur la chaussée, avant que la neige ne tombe. Ainsi, elle fond en arrivant au sol et se mélangeant au sel », précise Jean-Charles Thomas, chef de centre d’entretien d’AREA. 
Mais quand la neige couvre la chaussée, une seule solution : la racler !

En saumure ou en bouillie…

Le sel peut être utilisé sur le réseau autoroutier sous forme de :

  • saumure : une eau contenant 23 % de sel environ ;
  • « bouillie de sel » : du sel en grain mélangé à un peu de saumure pour qu’il adhère à la chaussée. 

La saumure agit vite mais moins longtemps. La bouillie de sel est quant à elle particulièrement efficace par temps humide car elle doit se mélanger à l’eau pour produire durablement ses effets.

…toujours avec parcimonie

Pour la sécurité des automobilistes, APRR & AREA déversent chaque année sur les autoroutes du réseau près de 60 000 tonnes de sel. « Nous visons le juste salage, entre 9 et 15 g de sel par m2 », insiste Jean-Charles Thomas. « Le sel est en effet nocif pour l’environnement dans la mesure où il peut agresser certains végétaux et nuire à la biodiversité des cours d’eau. Heureusement, sur une très grande partie du réseau, les eaux d’écoulement sont canalisées vers des bassins pour ensuite être traitées ».

À voir aussi