Allez au contenu , Allez à la navigation

ESPACE CLIENT
Pour profiter de tous vos services : factures, trajets, alertes...
Se connecter
>
> Cet été, osez le slow tourisme

Cet été, osez le slow tourisme

Publié le 26.06.2017

Le slow tourisme, c’est un voyage au ralenti pour un dépaysement total. Voilà qui promet des vacances d’été reposantes et enrichissantes. Nos conseils pour redécouvrir la beauté et les richesses des terroirs français.

slow tourisme.jpg
Le slow tourisme, un dépaysement total pour des vacances inoubliables

1. Mettez-vous dans un état d’esprit « slow »

Littéralement, le tourisme « slow » signifie « au ralenti ». C’est tout un état d’esprit. La tendance est apparue il y a quelques années dans le domaine de la gastronomie avec l’émergence d’une slow food en rupture avec la fast food. Cette nouvelle cuisine fait la part belle au plaisir de la dégustation, au respect des produits et des saisons.


Appliquée au tourisme, ce parti-pris consiste à prendre son temps pour savourer le moment présent. Elle séduit les voyageurs à la recherche d’expériences « authentiques » qui souhaitent découvrir une ville, une région ou un pays au rythme de ses habitants. Selon un sondage Ipsos, 53 % des Européens interrogés déclaraient dès 2011 vouloir lever le pied en vacances pour mieux visiter un pays ou une région. Depuis, la « slow attitude » a conquis un public encore plus large.

2. Étudiez votre destination

Visiter tout un pays ou une grande région en huit jours pour prendre un maximum de photos, est-ce bien raisonnable quand on souhaite intimement l’apprécier ? Restreignez plutôt le périmètre de vos déplacements. La règle d’or du slow tourisme : ne jamais rester moins de 2 nuits au même endroit. C’est la première des conditions pour casser le rythme du quotidien, se caler sur un tempo « vacances » pour goûter à un vrai dépaysement. Côté destination, il n’y a pas de régions plus « slow » que d’autres. C’est la façon d’appréhender le voyage qui change la donne. On privilégiera les modes d’hébergement plus enrichissants que le simple hôtel + petit-déjeuner. Par exemple : auberges familiales, vacances à la ferme, pensions en ville… On pourra même opter pour des séjours décalés : voyage en roulotte, péniche électrique, vélo ou cheval. De nombreuses possibilités sont offertes en Bourgogne, dans le Morvan et sur la route des Alpes. Alors pensez différent, soyez slow !

3. Appréhendez votre voyage avec décontraction

Votre programme de vacances doit aussi (et surtout !) laisser la place à l’improvisation. La surprise ne sera pas au rendez-vous si vous planifiez toutes les visites, les activités et les sorties ! N’oubliez-pas que le « slow tourisme » invite le vacancier à découvrir une région de l’intérieur en multipliant les contacts avec les habitants. Un voyage en immersion qui permettra de dénicher des bons plans locaux, ignorés des voyageurs trop pressés : restaurants bons et pas chers, visites de lieux cachés, épiceries de produits locaux, fêtes de village… Le but : la découverte !

Voyager en toute décontraction, c’est prendre son temps pour profiter du moment présent, s’attarder si un lieu en vaut la peine, tomber amoureux d’un paysage de montagne au petit matin puis revenir le soir pour l’admirer au coucher du soleil. De quoi se faire de vrais souvenirs de vacances !

4. Capitalisez pour la rentrée !

En ralentissant le mouvement, le « slow tourisme » offre un repos en profondeur, un changement d’air tonifiant, une rupture ressourçante avec le quotidien. Parfait pour recharger les batteries avant d’attaquer la rentrée avec un moral d’acier ! En crapahutant sur les sentiers de Franche-Comté, vous vous rendrez compte que vous pouvez vivre sans la 4G, sans vos e-mails ni Facebook. En définitive, cette expérience d’un mode de vie plus libre, plus éco-responsable et moins axée sur la consommation influencera peut-être votre perception du quotidien, une fois de retour à la maison.

Le « slow tourisme » ? Une bonne école pour rester zen.

À voir aussi