Allez au contenu , Allez à la navigation

ESPACE CLIENT
Pour profiter de tous vos services : factures, trajets, alertes...
Se connecter
>
> Drone en montagne : règles et bonnes pratiques à respecter

Drone en montagne : règles et bonnes pratiques à respecter

Publié le 06.02.2019

Ils donnent un point de vue unique et des images remarquables. Ils se pilotent aisément. Mais avec les drones grand public, vous ne vous pouvez pas tout faire. Pour éviter le crash, respectez les règles et bonnes pratiques.

671x304drone.jpg
Devenez incollable sur les règles et bonnes pratiques à respecter avec un drone !

Usage : que dit la loi ?

Que ce soit pour immortaliser des paysages enneigés ou garder un souvenir d’une descente périlleuse, les drones permettent de prendre de la hauteur et de jouir d’un angle de vue exceptionnel. Bénéficiant chaque année d’avancées technologiques majeures (caméra 4K, système de tracking pour un survol automatique, etc.), ces aéronefs télépilotés sont devenus très populaires. 


L’utilisation des drones est autorisée sous conditions.

Avant tout, les appareils de plus de 800 grammes doivent être enregistrés par leur propriétaire sur AlphaTango, le portail public des utilisateurs d’aéronefs télépilotés, et être munis d’un signal lumineux. 

Les pilotes doivent aussi respecter un certain nombre de règles : 

  • hauteur de vol maximale de 150 mètres ; 
  • interdiction de vol à proximité des aéroports, en agglomération au-dessus des espaces publics, au-dessus de sites sensibles(hôpitaux ou prisons par exemple), y compris les sites naturels protégés qui sont nombreux en montagne.
  • interdiction de survol des personnes.
  • interdiction des vols de nuit.

La carte interactive des restrictions de vol en France est accessible sur Geoportail, portail internet qui permet d’accéder aux données géographiques de référence sur l’ensemble du territoire français. 

Le respect de la vie privée constitue une autre règle à respecter dans le cadre des enregistrements vidéos via les drones. Il est interdit de filmer « chez son voisin » et de diffuser des vidéos sans l’accord des personnes qui y apparaissent. 


Drone et froid : quelles bonnes pratiques ?

Vent, basses températures et humidité : voilà un cocktail montagnard qui ne réussit pas au drone. Le froid diminue les capacités des batteries et en dessous de 10 °C, les vols seront donc plus courts. À cela s’ajoute le risque de buée qui vient se former sur l’objectif de la caméra et altérer les prises de vue. C’est pourquoi il est impératif de vérifier la lentille de la caméra avant de décoller. Quant au vent, il risque de compliquer le pilotage et de provoquer la chute du drone, voire sa perte. Dans certaines conditions extrêmes, le risque de gel des hélices est à prendre en considération pour éviter un crash. Soyez donc prudent et vérifiez si le temps est propice au décollage. 

Enfin, attention à la montagne elle-même, qui peut s’avérer dangereuse pour votre appareil. En effet, de nombreux obstacles se situent en hauteur : arbres, sommets et surtout remontées mécaniques. Ouvrez l’œil. 

Une fois ces règles et bonnes pratiques bien en tête, vous pouvez profiter de votre drone en toute tranquillité. 

Etes-vous bien assuré ?

Avant de faire voler votre drone, vérifiez auprès de votre assureur que vous êtes bien couvert pour ce type de loisirs. Un accident de pilotage peut arriver et provoquer des dégradations ou des blessures. Pensez-y !