Allez au contenu , Allez à la navigation

ESPACE CLIENT
Pour profiter de tous vos services : factures, trajets, alertes...
Se connecter
>
> Travaux et histoire : une vraie chasse au trésor

Travaux et histoire : une vraie chasse au trésor

Publié le 03.04.2014

Lorsque l’on construit des kilomètres de voies, on finit forcément par tomber sur des vestiges du passé, cachés dans le sous-sol. En effet, à l’occasion des travaux de terrassement, lors de la construction d’autoroutes, des fouilles archéologiques mettent souvent au jour des traces anciennes d’activités humaines.

LAMPE
Des trésors sous l’autoroute

À la recherche des zones sensibles…

L’histoire de France est riche. L’occupation du territoire a été dense au fil des siècles, comme en témoignent les très nombreux vestiges toujours cachés dans le sous-sol… Pour ne pas perdre ces témoignages du passé, une législation très stricte impose des obligations en matière archéologique sur chaque chantier. « Dès que des travaux, dont l’emprise au sol est supérieure à 3 000 m2 sont prévus, que vous construisiez un bâtiment ou une autoroute, vous devez remettre un dossier de saisine au Service régional de l’Archéologie », indique Philippe de Bechevel, Responsable du Service expertise et contrôle à la Direction des grands investissements et du développement d’APRR & AREA.

Ainsi, lors de la construction d’une autoroute, cette administration publique va selon le cas :

  • décider de libérer APRR & AREA de toute contrainte si la zone de travaux n’est pas sensible,
  • demander un diagnostic précis, sur tout ou partie du terrain. Un opérateur archéologique agréé va alors procéder à des sondages, en réalisant des tranchées sur les zones concernées.

« Lors des travaux de l’A719, près de Vichy, le Service régional de l’Archéologie a imposé de sonder la totalité des 14 kilomètres de tracé prévus. Un travail de reconnaissance qui a débouché sur la mise en place de fouilles sur 6 zones différentes pendant 7 mois… », explique Philippe de Bechevel. En effet, à la suite du diagnostic, si la présence de vestiges est avérée, des fouilles plus complètes sont réalisées.

Des découvertes essentiellement scientifiques

La construction de tronçons d’autoroute permet finalement de faire de belles découvertes. Pour les archéologues, certaines ont même une grande valeur scientifique. Elles apportent des informations sur les modes de vie ou les savoir-faire des populations qui vivaient autrefois sur le territoire.
D’autres peuvent être plus étonnantes : « Il y a 15 ans, lors des travaux de construction de l’A5, 250 pièces d’or gauloises ont été trouvées à l’occasion d’une fouille ! », raconte Philippe de Bechevel.
Enfin, une fois les fouilles terminées, lorsque toute l’information scientifique a été recueillie et les vestiges mis à l’abri, le site est livré aux engins qui construiront l’autoroute.
Il reste à parier que vous porterez un œil différent sur le bitume au cours de votre prochain trajet sur le réseau APRR & AREA !


À voir aussi