Allez au contenu , Allez à la navigation

ESPACE CLIENT
Pour profiter de tous vos services : factures, trajets, alertes...
Se connecter
>
> Voiture sans pilote, conduite sans risque ?

Voiture sans pilote, conduite sans risque ?

Publié le 09.10.2015

Citroën teste en toute sécurité des C4 Picasso sans pilote sur le réseau APRR. Avec l’idée de commercialiser des véhicules autonomes à l’horizon 2020.

Autoconduite
Des C4 Picasso sans pilote sur le réseau APRR !

Une expérimentation hors norme

Ce sont des prototypes d’un nouveau type : des voitures sans pilotes. Depuis le mois de juillet 2015, le constructeur PSA mène en effet cette expérimentation sans précédent sur 2 000 km de voies rapides, notamment sur l’A6 entre Paris et Lyon. Rassurez-vous, cette initiative hors norme reste bien entendue très encadrée.

Pour des raisons de sécurité, chacune des 4 voitures autonomes testées accueille également un conducteur en chair et en os, prêt à prendre le relais, pour s’assurer qu’elle se glisse dans la circulation, qu’elle suit les trajectoires à la perfection, qu’elle respecte les distances de sécurité et qu’elle double dans les règles de l’art.

Une commercialisation prévue en 2020

« Citroën souhaite ainsi étudier le comportement de ses prototypes dans les conditions de circulation normales comme dans les situations imprévues ou exceptionnelles » explique Eric Pillet, chef de service Trafic et Patrimoine chez APRR, qui pilote le projet voiture autonome. « Il s’agit de vérifier la capacité du véhicule à analyser les comportements des autres conducteurs ainsi que la signalisation ».

L’ambition de PSA est de taille : commercialiser les premières voitures à l’horizon 2020.

Un véhicule qui brille par sa discrétion

Dans le flot de la circulation, difficile de reconnaître une voiture autonome d’une autre. Seuls signes distinctifs : des caméras placées sous le rétroviseur intérieur et sur les rétroviseurs latéraux extérieurs, ainsi qu’un Lidar, un capteur laser multidirectionnel qui, accroché au toit, cartographie l’environnement du véhicule en temps réel.

Pour le reste, rien ne détonne. « Les voitures actuelles bien équipées embarquent déjà, avec les détecteurs ultra-sons, les caméras et autres GPS, 80% des équipements nécessaires à une voiture autonome ! », remarque Eric Pillet.

Le comportement de la voiture autonome est remarquable : elle détecte les panneaux de limitation de vitesse et s’y adapte scrupuleusement. Elle respecte les distances de sécurité, y compris lors des dépassements.

APRR, un acteur proactif et impliqué

APRR joue un rôle essentiel dans le développement des véhicules autonomes. « Nous devons assurer une signalisation parfaitement visible et claire pour les guider, y compris lors des travaux temporaires. Nous devons également veiller aux peintures utilisées pour effectuer le marquage au sol afin d’éviter les reflets », souligne Marc Moretti, directeur du développement de APRR.

« Le réseau APRR et AREA entend devenir une source d’informations pour la voiture autonome. Nous lui communiquerons directement les incidents et accidents ou encore les conditions de trafic pour une conduite irréprochable ».

À voir aussi