Allez au contenu , Allez à la navigation

ESPACE CLIENT
Pour profiter de tous vos services : factures, trajets, alertes...
Se connecter
>
> Animaux sur l'autoroute : comment réagir ?

Animaux sur l'autoroute : comment réagir ?

Publié le 07.10.2013

Lorsqu’un animal sauvage – chevreuil, renard, sanglier – réussit à se faufiler sur les voies, APRR & AREA vous alertent immédiatement. De votre côté, sachez réagir !

518x233_animaux.jpg
Animal sauvage en vue !

Empêcher l’accès aux voies

Pour empêcher la faune sauvage d’accéder aux voies, des clôtures sont placées tout au long du tracé. « Ces clôtures, soigneusement entretenues par les équipes APRR & AREA, sont contrôlées au moins une fois par an. À certains endroits, les couloirs biologiques sont établis, grâce aux passages à faune : une passerelle emjambant les voies est dédiée aux animaux pour leur permettre de parcourir tout leur territoire traversé par l’autoroute… », explique Nicolas Desbos, Chef de service Sécurité Trafic APRR.

Malheureusement, il peut arriver que la clôture se soit détériorée avec l’usure. Ou avoir été endommagée suite à un acte de malveillance. Le grillage est alors tout simplement découpé et la brèche constitue vite un passage pour un animal. Lorsqu’un tel passage est ouvert, le risque est accru, notamment en période de chasse, quand les animaux voient leur milieu naturel perturbé et adoptent des comportements inhabituels.

Alerter et intervenir

Dès qu’un animal est repéré sur les voies – par les automobilistes, ou des patrouilleurs APRR & AREA – l’alerte est immédiatement donnée auprès des conducteurs pour les inciter à la prudence. Tous les moyens disponibles sont mis en œuvre : les panneaux à message variable relaient l’information à proximité de l’endroit où l’animal a été signalé, la radio Autoroute INFO (107.7 FM) informe ses auditeurs.

Si vous êtes au volant, vous devez redoubler de vigilance et ralentir afin de pouvoir éviter plus facilement l’animal et limiter les probabilités d’un accident. N’oubliez pas que le comportement de l’animal paniqué ne sera pas rationnel. Dans tous les cas, ne tentez surtout pas d’intervenir, vous mettriez votre vie en danger, et ne pourriez qu’aggraver la situation !

Aider l’animal à quitter les voies

Dans certaines zones à risque – par exemple, lorsque l’autoroute traverse un massif forestier – des équipements spécifiques ont été mis en place pour permettre à un animal de quitter les voies. Il s’agit, par exemple, de portes ne s’ouvrant, sous la pression, que dans un sens. Ou encore de talus progressifs s’élevant assez haut pour permettre à l’animal de sauter par-dessus la clôture vers l’extérieur.

« Les patrouilleurs ne sont pas habilités à récupérer un animal, potentiellement dangereux et imprévisible lorsqu’il est paniqué. Si la situation est vraiment bloquée et que l’animal présente un danger pour les automobilistes, APRR & AREA se tournent donc vers la Préfecture, qui pourra missionner un lieutenant de louveterie pour abattre l’animal », conclut Nicolas Desbos.


À voir aussi