Allez au contenu , Allez à la navigation

ESPACE CLIENT
Pour profiter de tous vos services : factures, trajets, alertes...
Se connecter
>
> Côté coulisses : tout ce que vous ignorez sur l’autoroute

Côté coulisses : tout ce que vous ignorez sur l’autoroute

Publié le 30.03.2018

Sur la route des vacances, la plupart des clients du réseau APRR et AREA n’ont pas la moindre idée de ce qui se joue en coulisses avant, pendant, et après leur passage. Espace intégré et aménagé pour respecter au mieux l’environnement, l’autoroute est un lieu de vie pour près de 3 500 employés, 20 millions de clients et un nombre incalculable d’espèces animales et végétales. Zoom sur la face cachée de l’autoroute.

coulisses.jpg
Tout ce que vous ignorez sur l’autoroute

Zoom sur la face cachée de l’autoroute.

150 métiers représentés

Chaque année, vous êtes 23 millions à parcourir les 2 323 kilomètres d’autoroute du réseau APRR et AREA. Un défilé de voitures, motos et camions qui ne s’interrompt presque jamais ! Pour vous accompagner sur votre chemin, vous informer, embellir et entretenir l’ensemble du réseau, 3 500 employés dans 150 métiers différents se relaient. Parmi eux, un tiers du personnel se consacre à la sécurité, épaulé par 550 caméras de surveillance, 380 stations de comptage (pour le calcul du trafic) et 1 500 véhicules de surveillance. Résultat : l’autoroute est 5 fois plus sûre que les routes du réseau secondaire. Les accidents mortels y ont été divisés par deux depuis 2003.


40 000 heures de nettoyage  

Côté confort et ravitaillement, 272 aires de service et de repos sont réparties sur l’ensemble du réseau. Elles requièrent notre attention 24 heures sur 24 : 40 000 heures de travail sont ainsi consacrées, chaque année, au nettoyage des sanitaires accessibles dans les aires et aux barrières de péages. Entre 2015 et 2018, 120 sites sanitaires ont été remplacés et modernisés. La propreté est l’un des grands enjeux de l’autoroute : 5 200 tonnes de déchets sont récoltées chaque année dans les poubelles des aires de service !


Crapauducs, ponts à cerfs… les animaux circulent aussi !

Il existe un réseau parallèle, invisible depuis la chaussée mais vital pour la faune sauvage : les passages, au-dessus ou en-dessous des voies et qui permettent aux animaux de traverser en toute sécurité. Pour les batraciens, ce sont des tunnels appelés « crapauducs » qui maintiennent ouvert l’accès à d’importantes mares de reproduction. Pour les sangliers, cerfs ou renards, ce sont de grands ponts végétalisés et arborés qui surplombent l’autoroute. Ces éco-ponts sont conçus comme une prolongation de l’écosystème environnant, afin de respecter les habitudes et le rythme migratoire des animaux. Des nichoirs à chouettes sont également répartis à l’écart des voies pour éloigner les rapaces. Et des gîtes pour les chauves-souris ont été aménagés sous les ponts de l’A71 dans le Cher.


Du miel d’autoroute

Depuis 2013, des ruches sont installées sur plusieurs sites du réseau APRR et AREA. Les abeilles y produisent un miel délicieux, collecté par des apiculteurs bénévoles qui s’occupent au quotidien de l’entretien de ces pollinisateurs si indispensables à la végétation locale.


Des moutons tondeuses

Sur certaines aires de service et aux abords de certains péages, ce sont les moutons ou des chèvres qui assurent l’entretien des espaces verts. Ecologique et très efficace, l’éco-pâturage permet de supprimer l’usage d’herbicides tout en entretenant efficacement les espaces verts à proximité des autoroutes.


Des artistes sur le bord de la route

L’autoroute est-elle un gigantesque musée à ciel ouvert ? En plus des sculptures monumentales qui parsèment le paysage français et impressionnent à chaque trajet, il existe des incursions artistiques discrètes. En effet, parmi les fameux panneaux « marrons » qui indiquent des haut-lieux touristiques, certains sont signés d’artistes reconnus : des dessinateurs de bande dessinée, comme Ted Benoit (auteur de Blake et Mortimer), Floc’h (auteur de nombreuses affiches de films pour Woody Allen notamment), ou Tino, artiste pop art qui a signé 23 œuvres pour les autoroutes de l’Aube. Et si vous passez par l’A43 du côté de Lyon, vous remarquerez à coup sûr les grandes fresques réalisées depuis 2011 par des collectifs de graffeurs de la région : des dessins qui représentent les sports d’hiver et la montagne, comme une douce invitation au voyage et au dépaysement.


À voir aussi