Allez au contenu , Allez à la navigation

ESPACE CLIENT
Pour profiter de tous vos services : factures, trajets, alertes...
Se connecter
>
> Deux-roues, gardez un airbag sur vous

Deux-roues, gardez un airbag sur vous

Publié le 18.05.2015

La majorité des blessures subies par un motard en cas de choc ou d’accident se situent au niveau du thorax, de l’abdomen et de la colonne vertébrale. Grâce à l’airbag moto, le tronc du pilote est efficacement protégé et les lésions sont largement atténuées. Focus sur cette technologie, son efficacité et son coût.

L’airbag qui se range dans votre penderie
L’airbag qui se range dans votre penderie

Un gilet-gonflable qui protège le motard

L’airbag moto, tout comme les modèles équipant les voitures, se gonfle instantanément en cas de choc. Sa particularité est d’être non pas intégré au véhicule mais porté par le conducteur (et son passager le cas échéant). C’est un équipement personnel et individuel qui peut être extrêmement efficace pour les chocs survenant à moins de 50 km/h.

Concrètement, il prend la forme d’un gilet qui couvre les parties vitales du motard : dos, nuque, thorax et abdomen. En cas d’accident, il met entre 80 et 130 millisecondes (ms) à se gonfler grâce à une cartouche de gaz. Les parties fragiles du corps sont alors protégées par des coussins remplis d’air qui amortissent les chocs au moment de l’impact.

De meilleures performances avec le système sans fil

Il existe 2 types d’airbag moto, avec ou sans fil.

  • Le 1er comporte une sangle fixée à la moto et reliée au gilet. Si le motard est éjecté, la traction exercée sur la sangle déclenche l’airbag pour un déploiement total (déclenchement + gonflage) en 100 ms au minimum.
  • Le 2nd ne possède pas de sangle. Il se déclenche au minimum en 80 ms grâce au signal envoyé par des capteurs de choc disposés sur la moto. Une rapidité cruciale pour le pilote, car lors d’un choc avec un véhicule à 50 km/h le début de l’impact intervient à 100 ms.

En pratique, avant d’enfourcher sa moto, le motard équipé d’un airbag classique doit attacher la sangle. Celui possédant un airbag sans fil doit s’assurer que le système de déclenchement du gilet ou des gilets, si le passager est aussi équipé, est opérationnel. Un petit voyant sur le gilet atteste que c’est le cas.

Quelques contraintes au quotidien et un prix élevé

Si l’airbag, avec ou sans fil, possède de nombreux atouts pour améliorer la sécurité du pilote et du passager d’un deux-roues, il impose également quelques contraintes.

  • Aucun vêtement ou sac à dos ne peut être porté par-dessus le gilet gonflable, car cela pourrait gêner son déploiement.
  • En fonction des modèles, il pèse entre 800 g et 2 kg mais ne dispense pas du port d’un blouson pour protéger les membres supérieurs. La superposition des vêtements et du gilet peut être trop chaude en été.
  • Les modèles sans fil fonctionnent sur pile, d’une durée de vie comprise entre 4 et 6 mois, ou grâce à une batterie rechargeable. Il faut donc bien veiller à renouveler ou recharger régulièrement l’alimentation.
  • L’airbag est encombrant avec sa protection dorsale rigide et sa cartouche de gaz. Il peut être rangé uniquement dans un grand top case ou sous une selle de maxiscooter.

Enfin, il faut signaler que les prix sont encore élevés. En fonction du modèle, protection intégrale ou partielle des parties vitales, avec ou sans fil, il en coûte entre 350 euros et 1 300 euros. Un investissement important, mais renforcer sa sécurité n’a pas de prix.

À voir aussi