Allez au contenu , Allez à la navigation

ESPACE CLIENT
Pour profiter de tous vos services : factures, trajets, alertes...
Se connecter
>
> Modification tarifaire du 1er février 2012 : décryptage

Modification tarifaire du 1er février 2012 : décryptage

Publié le 10.01.2012

Comme chaque année, les tarifs des péages vont être modifiés. Strictement encadrée par l’État, cette révision tarifaire interviendra sur notre réseau le 1er février 2012. Comment est-elle calculée ? Qui valide les tarifs ? Quel sera son impact sur vos trajets ? Nos réponses, en toute transparence…

Un véhicule arrive au péage de Fleury
Un véhicule arrive au péage de Fleury

L’application d’une règle de calcul fixée et encadrée par l’État

Comme toutes les sociétés d’autoroutes, APRR & AREA modifieront leurs tarifs de péage pour l’ensemble des classes de véhicules à compter du 1er février prochain. L’augmentation des tarifs – dont les modalités sont fixées par l’État - est calculée au plus juste pour tenir compte :

  • de l’inflation,
  • du coût des investissements complémentaires approuvés par l'Etat dans les contrats de plan quinquennaux conclus avec lui,
  • et de l’augmentation de la Taxe d’Aménagement du Territoire (TAT) survenue en 2011.

L’ajustement tarifaire permet ainsi de couvrir l’augmentation des charges récurrentes comme les salaires ou l’entretien du réseau, mais aussi d’investir dans de nouveaux aménagements permettant d’améliorer les conditions de sécurité, de circulation et de confort.

La Taxe d’Aménagement du Territoire, quant à elle, est une taxe perçue par les sociétés d’autoroutes, puis reversée dans son intégralité à l’État. Elle représente la contribution des automobilistes au développement des autres modes de transport, comme par exemple le rail. En 2012, elle représentera une hausse de 0,14 % des tarifs chez AREA et 0,17 % chez APRR.

Au final, les tarifs des péages augmenteront en 2012 :

  • de 2,58 % sur le réseau APRR,
  • de 2,55 % sur le réseau AREA.

Chaque tarif validé individuellement

Ces pourcentages d’augmentation représentent une moyenne globale sur chaque réseau. En effet, pour des raisons pratiques de paiement et de rendu de monnaie, tous les tarifs des trajets sont arrondis à 10 centimes, supérieurs ou inférieurs. Impossible par exemple de facturer 8,63 ou 8,67 euros pour un trajet : ce sera 8,60 ou 8,70… Cet « arrondi » aboutit parfois, sur de très petits trajets, à une augmentation qui sera plus importante en pourcentage : une petite liaison facturée 1 euro passera ainsi à 1,10 euro, soit 10 % d’augmentation. Mais en pratique, tout est équitable car les augmentations suivantes seront calculées de manière à garantir l’équité sur plusieurs années. Pour vérifier le respect de ces différentes règles, chaque société d'autoroutes fait approuver chaque année le tarif de toutes ses liaisons par la ministère chargé des Transports.

Concrètement, au péage, quel impact ?

Pour illustrer l’incidence de cette augmentation, prenons un trajet Paris-Grenoble (environ 570 km dont 480 km sur autoroute). L’automobiliste empruntera donc le réseau APRR, puis le réseau AREA pour arriver à destination. Sur l’ensemble du trajet, il doit aujourd’hui s’acquitter de 41,30 euros de péage. Au 1er février, l’augmentation de tarif sur l’ensemble du trajet sera de tout juste 1 euro, dont 80 centimes sur la portion Paris/Lyon gérée par APRR, et 20 centimes sur Lyon/Grenoble du réseau AREA.

À voir aussi