Allez au contenu , Allez à la navigation

ESPACE CLIENT
Pour profiter de tous vos services : factures, trajets, alertes...
Se connecter
>
> Prêts à passer au covoiturage ?

Prêts à passer au covoiturage ?

Publié le 07.03.2013

Depuis les débuts de la crise, le covoiturage connaît un succès croissant. Si ce phénomène a commencé par séduire les usagers sur des parcours domicile-travail, aujourd’hui les adeptes du covoiturage y succombent aussi lors des départs en vacances ou en week-ends, sur de longs trajets. Et vous, êtes-vous prêt à covoiturer ?

Prêts à passer au covoiturage ?
covoiturage : un mode de déplacement écologique et économique

Une logique économique et écologique

Et si le covoiturage était le mode de transport de demain ? Il optimise l’utilisation d’une voiture, en proposant les places disponibles à des personnes faisant le même trajet, et répond donc à de nombreuses préoccupations actuelles.

  • Il est économique : les frais (essence, péage, parking…) sont partagés entre le conducteur et ses passagers « covoiturés ».
  • Il est écologique : à consommation d’énergie (et pollution) égale, plus de personnes sont transportées.
  • Il est solidaire : il simplifie les déplacements des personnes sans véhicule.
  • Il a une indéniable dimension sociale : il favorise les rencontres, la communication.

« Cette forme d’auto-stop organisé, avec un partage des frais, est l’occasion de véritables rencontres enrichissantes. Pendant quelques heures, on discute avec un inconnu… qui devient parfois un ami », s’enthousiasme Laura, une adepte du covoiturage.

Une alternative aux transports en commun ?

Le covoiturage ne réduit pas le nombre de voitures en circulation : la grande majorité des utilisateurs de covoiturage ne possède pas de voiture. Tous voient dans ce mode de déplacement une alternative à la fois plus souple et plus économique que le train ou l’avion, pour les longs trajets comme pour les déplacements quotidiens domicile-travail.

Il optimise en revanche l’utilisation des voitures, puisqu’en France, 80 % des conducteurs rouleraient seuls… Il est aussi plus fiable et plus pratique que les transports en commun : le conducteur accepte généralement un petit détour pour déposer son passager « à domicile », les horaires de départ étant décidés ensemble. Le résultat ? « Si, à ses débuts le covoiturage attirait principalement les étudiants, il est désormais plébiscité par toutes les tranches d’âge. En 2012, 38 % des nouveaux covoitureurs ont plus de 30 ans » indique le site Covoiturage.fr, qui a d'ailleurs battu tous les records lors du premier week-end d’août 2012, en mettant en relation plus de 348 000 personnes : l'équivalent de 1 000 TGV pleins !

Un besoin d’organisation

Internet a été un véritable moteur pour le covoiturage. Il existe plus d’une dizaine de sites spécialisés en France, dont le leader Covoiturage.fr qui concentre 90 % des annonces. Ces sites simplifient la mise en relation entre offres et demandes de trajets communs.

Mais le covoiturage est parfois aussi organisé par les entreprises, qui mettent à disposition de leurs collaborateurs un site intranet – ou un simple tableau d’affichage – où chacun peut proposer des déplacements domicile-travail. De nombreuses entreprises installées en périphérie des villes y voient une initiative écologique, ainsi qu’une solution au manque de transports en commun.

Une tendance à prendre en compte

Chez APRR & AREA, vous pratiquez aussi le covoiturage ! Interrogés à ce sujet à l’occasion du baromètre de satisfaction 2012, 17 % des clients télépéage AREA et 7 % des clients télépéage APRR déclarent pratiquer occasionnellement ou régulièrement le covoiturage. En France, 3 millions de personnes seraient adeptes de cette pratique.

Mais le covoiturage a un revers : l’apparition de stationnements « sauvages » aux abords des entrées d’autoroute. « Les « covoitureurs » se donnent rendez-vous à l’entrée de l’autoroute… et y laissent leur voiture garées le long des voiries d’accès. Nous contribuons depuis plusieurs années à l’installation de parkings destinés aux covoitureurs, aux abords du réseau APRR & AREA. Ce travail est réalisé en partenariat avec les collectivités territoriales. Notre ambition est d’amplifier notre action dans les 5 prochaines années, dans le cadre de notre prochain contrat de plan avec l’État », conclut Agnès Dandres, chef de service marketing.

À voir aussi