Allez au contenu , Allez à la navigation

ESPACE CLIENT
Pour profiter de tous vos services : factures, trajets, alertes...
Se connecter
>
> Protéger nos forêts, un défi pour votre sécurité

Protéger nos forêts, un défi pour votre sécurité

Publié le 09.10.2015

Choyés, protégés, les arbres et forêts font partie du patrimoine des autoroutes françaises. Ils font également l’objet d’une surveillance continue de la part des équipes d’APRR, le long des voies comme au cœur des aires. Avec un objectif unique : votre sécurité.

Forêt
Le réseau APRR et AREA veille à préserver les espaces verts de ses aires.

Un héritage précieux

« Les arbres constituent un véritable héritage, un patrimoine naturel que nous préservons et valorisons », explique Etienne Cuenot, adjoint au chef du département Ingénierie routière et environnement d’APPR.

Ce n’est donc pas un hasard si l’A77 (entre la Seine-et-Marne et la Nièvre) a fait de l’arbre son emblème et si chacune de ses aires porte le nom d’une essence forestière.

Près de Cosnes-sur-Loire (Nièvre), l’Aire du Jardin des Arbres propose même des parcours et des espaces thématiques dédiés aux relations entre l'arbre et l'homme : travail du bois, médecine, alimentation, croyances…

Les forêts participent également du paysage et du plaisir de la route. « Nous créons ou laissons s’installer une alternance de paysages très ouverts et de zones boisées : cela évite la monotonie et maintient la vigilance de l’automobiliste en éveil », souligne Etienne Cuenot.

Rendre un réseau aussi boisé qu’à l’origine

Le réseau APRR et AREA veille tout particulièrement à préserver les espaces verts de ses aires. Les arbres malades ou abîmés par des voyageurs sont replantés.

Des clôtures peuvent également être placées pour favoriser la repousse spontanée des espèces et les protéger des piétinements. « APRR poursuit un but : celui de restituer en fin de concession un réseau aussi boisé qu’il l’était à l’origine », rappelle Etienne Cuenot.

Une surveillance constante

Si ces arbres sont choyés, ils sont aussi placés sous haute surveillance. Avec un objectif : la sécurité. En ce début d’automne par exemple, les feuilles mortes sont ramassées sur les aires pour éviter les glissades et les chutes. Sur les voies, le souffle du trafic suffit à balayer les feuilles.

 

Eviter toute situation de danger

Toute situation à risque est immédiatement signalée par les collaborateurs qui interviennent au quotidien sur le réseau. C’est le cas lorsqu’un arbre penche dangereusement, quand un feuillage masque un panneau de signalisation ou qu’un arbre blessé menace de pourrir et de tomber.

Tout arbre situé à moins de 10 mètres des voies, et dont le tronc dépasse 10 cm de diamètre devient également un « obstacle dur », dangereux en cas de sortie de route et de choc, qui mérite d’être supprimé. Une fois le risque identifié, la solution sera bien souvent de couper, ou au moins d’élaguer l’arbre. Une décision indispensable pour la sécurité de tous.

Le noyer qui échangeait ses fruits contre un peu de protection

Parmi les milliers d’arbres qui bordent les autoroutes du réseau APRR et AREA, il s’en trouve un tout à fait particulier. Il ne s’agit pas d’une essence rare, mais d’un simple noyer qui se trouvait sur le tracé de l’A6 lors de sa construction dans les années 1960. « Spontanément, les ouvriers ont décidé de l’épargner pour profiter de ses noix, veillant à ne pas l’endommager avec le bulldozer », s’amuse Etienne Cuenot, adjoint au chef du département Ingénierie routière et environnement d’APPR.

« Une fois l’autoroute terminée, l’arbre s’est retrouvé en bordure de clôture, relativement proche des voies. Plusieurs fois, il a été question de l’abattre mais les collaborateurs ont à chaque fois plaidé sa cause, faisant valoir son éloignement des voies, son absence de risque », poursuit Etienne Cuenot.

Ainsi depuis plus de 45 ans, ce très beau noyer offre généreusement ses noix aux agents chargés de l’entretien en échange de leur protection.

À voir aussi