Allez au contenu , Allez à la navigation

ESPACE CLIENT
Pour profiter de tous vos services : factures, trajets, alertes...
Se connecter
>
> Des zones d’habitat pour les oiseaux près des autoroutes

Des zones d’habitat pour les oiseaux près des autoroutes

Publié le 04.11.2010

La circulation sur autoroute peut perturber les oiseaux sauvages dans leurs déplacements et leur reproduction. Sur le réseau APRR, des actions sont entreprises pour limiter ces impacts. Zoom sur 2 programmes engagés en Bourgogne et dans la vallée de la Seine.

Sur nos autoroutes, les oiseaux sont aussi les bienvenus
Sur nos autoroutes, les oiseaux sont aussi les bienvenus

Des abris pour la chouette effraie

Depuis une trentaine d’années, le nombre de chouettes effraies est en régression. La circulation automobile en est en partie responsable : les jeunes chouettes viennent chasser sur les talus de l’autoroute et entrent parfois en collision avec les véhicules, ou sont écrasées. Afin de protéger cette espèce menacée, APRR a installé plus de 400 nichoirs dans les régions desservies par les autoroutes de l’axe Troyes-Dijon-Nancy (A31, A5, A26). Suffisamment éloignés des axes à grande circulation, ces abris permettent aux oiseaux de vivre sans danger sur leur territoire. Pour plus de sûreté, ils sont équipés de dispositifs limitant les risques de prédation par la fouine.

Un espace protégé pour les oiseaux d’eau

Par ailleurs, APRR a réhabilité une carrière abandonnée, le Carreau Franc, à proximité de l’autoroute A5, dans la vallée de la Seine (près de Marolles-sur-Seine). Le but : favoriser la nidification des oiseaux d’eau, comme les sternes et les mouettes. Ce site lacustre entouré par des haies comporte :

  • 12 îlots de formes et de hauteurs différentes, protégeant les oiseaux des prédateurs, - des hauts fonds favorisant le stationnement des petits échassiers.
  • Vous pouvez observer discrètement les oiseaux depuis les 2 abris en bois construits sur le pourtour du plan d’eau, accessibles par la sortie 18 de l’A5.

Des dispositifs pensés par des experts

Pour mener ces 2 programmes, APRR a collaboré avec des associations qui suivent l’évolution des populations d’oiseaux et étudient leurs déplacements. La pose des nichoirs a été menée en concertation avec « la Choue ». Cette association suit depuis une quinzaine d’années la reproduction de la chouette effraie sur une zone s’étendant aux confins de la Côte-d’Or, de la Haute-Saône et de la Haute-Marne. Dans la vallée de la Seine, APRR s’est appuyée sur l’ANVL – Association des naturalistes de la vallée du Loing et du massif de Fontainebleau. L’ANVL participe depuis près de 100 ans à la protection de la nature dans le sud de la région parisienne.

À voir aussi