Allez au contenu , Allez à la navigation

ESPACE CLIENT
Pour profiter de tous vos services : factures, trajets, alertes...
Se connecter
>
> L’autoroute de l’Arbre

L’autoroute de l’Arbre

Publié le 02.05.2012

Conçue dans les années 1990, l’autoroute de l’arbre (A77) fut d’abord un projet esthétique qui mettait en valeur des arbres tout au long du trajet : aux abords des voies, sur les aires de repos, dans des jardins. Aujourd’hui, on redécouvre les qualités de son aménagement au regard des questions environnementales. Histoire de cette autoroute unique en son genre.

L’aire du jardin des arbres (A77)
L’aire du jardin des arbres (A77)

Planter des arbres

Ce projet d’autoroute fut initié par Pierre Bérégovoy, alors ministre des Finances. Il souhaitait voir la célèbre « Nationale 7 » doublée d’une autoroute pour offrir un axe de circulation plus rapide entre Paris et Lyon.

Au cours de la phase de conception du tracé, les ingénieurs d’APRR découvrent un paysage de plateaux, avec en son centre l’Arboretum national des Barres. Dans cet espace de 300 hectares, sont plantées 2 700 espèces d’arbres. Inspirés par cette richesse naturelle, les ingénieurs APRR prennent une décision audacieuse : planter des arbres tout au long du trajet de la future autoroute.

Un parti pris d’aménagement global

L’objectif est de donner une identité esthétique à l’autoroute et de rendre le voyage plus agréable aux conducteurs qui l’empruntent.

Ainsi, l’arbre est célébré de diverses manières au fil du tracé. Une essence spécifique est plantée sur chaque aire et lui donne son nom. Des panneaux explicatifs informent les clients sur les caractéristiques des arbres plantés. Point d’orgue du projet, une aire de 15 hectares baptisée « Jardin des Arbres » située près de Dordives - Cosne-sur-Loire, à 130 km de Paris : réplique de l’Arboretum des Barres, elle propose des espaces thématiques dédiés aux relations entre l'arbre et l'homme : art, médecine, alimentation, croyance...

De l’esthétique à l’écologie

Près de 15 ans plus tard, force est de constater que le projet est une réussite ! Les arbres ont poussé, faisant apparaître des perspectives visuelles étonnantes. Quant au Jardin des Arbres, il est devenu un lieu prisé des clients d’APRR ainsi que des populations riveraines. Mais, c’est surtout ses caractéristiques environnementales, jusqu’ici peu valorisées, qui expliquent le regain d’intérêt des professionnels du secteur pour cette autoroute.

« Aujourd’hui, notre démarche essentiellement esthétique sur l’A77, trouve un écho dans les préoccupations environnementales contemporaines. Nous avons lancé, en collaboration avec l’Association des propriétaires de forêts de France, une étude pour évaluer la quantité de CO2 captée par les arbres en bordure d’autoroute. Selon nous, il existe un réel potentiel de réduction partielle des émissions de CO2 entrainées par la circulation automobile. Si les résultats confirment cette hypothèse, l’autoroute de l’Arbre, sera non seulement l’une des plus vertes et des plus agréables mais deviendra également un modèle écologique à suivre ! », se félicite Jean-François Langumier, délégué à la prospective et au développement des territoires chez APRR.

À voir aussi