Allez au contenu , Allez à la navigation

ESPACE CLIENT
Pour profiter de tous vos services : factures, trajets, alertes...
Se connecter
>
> La fine de sel, écologique et économique

La fine de sel, écologique et économique

Publié le 13.11.2012

Pour votre sécurité, APRR & AREA procèdent au salage des voies enneigées. Mais sur une portion du réseau, la fine de sel remplace le sel de mer : une innovation écologique et économique signée AREA !

La fine de sel, écologique et économique
La fine de sel de Tarentaise, une solution écologique et économique

Une alternative innovante au sel de mer

Chaque hiver, pour le traitement des voies, des centaines de tonnes de sel sont répandues sur le réseau APRR & AREA, sous forme de grains ou sous forme liquide en saumure. Le sel utilisé est acheminé depuis la Méditerranée, par péniches puis camions… Mais en 2010, une idée nouvelle fait son apparition chez AREA : remplacer une partie du sel de mer par un résidu de sel, résultant du processus de fabrication d’un industriel régional… Appelé « fine de sel », en raison de sa finesse, ce sel naturel n'était jusque-là pas valorisé.

Un nouveau procédé mis au point

Aussi fine que de la farine, la fine de sel ne se mélange pas facilement à l’eau. Il a donc fallu mettre au point une nouvelle technique de fabrication de la saumure : au lieu d’injecter de l’eau dans une cuve remplie de gros sel, le procédé imaginé par AREA consiste à placer la fine de sel sur une sorte de « filtre à café ».

Un 1er prototype a d’abord été testé durant l’hiver 2010/2011, avec succès. La technique a été améliorée et automatisée, pour donner un 2nd prototype, éprouvé durant l’hiver 2011/2012. Désormais, une installation de type industriel rend le nouveau procédé pleinement opérationnel, sur 2 sites AREA : l’un sur l’A41 (Isère) et l’autre sur l’A43 (Savoie).

Un gain économique et écologique

Le bilan est particulièrement impressionnant !

  • Un investissement limité aux seules stations de fabrication de saumure.
  • Des charges d’exploitation réduites de 80 %.
  • Une empreinte écologique moindre, avec le remplacement d’une ressource naturelle prélevée (le sel) par un résidu industriel non valorisé.
  • La réduction du transport d’approvisionnement, évitant environ 19 000 km de rotations de camions par an, soit une économie de CO2 à hauteur de 17 tonnes.

Une innovation présentée à un concours

Le procédé est véritablement révolutionnaire. Aussi, AREA a décidé de le présenter au « Prix Entreprises et Environnement 2012 », organisé par le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie. Verdict lors de la cérémonie de remise des Prix, au Salon POLLUTEC, le 27 novembre 2012 à Lyon – Eurexpo !

À voir aussi