Allez au contenu , Allez à la navigation

ESPACE CLIENT
Pour profiter de tous vos services : factures, trajets, alertes...
Se connecter
>
> La Méhari resurgit version "e-buggy"

La Méhari resurgit version "e-buggy"

Publié le 05.04.2016

Citroën ressuscite dans une version tout électrique sa Méhari, indispensable buggy des plages, commercialisée pour la première fois en 1968. Zoom sur l'une des voitures les plus attendues de l'année.

671x302_MEHARI.jpg
La Méhari resurgit version "e-buggy"

E-Méhari, électrisante !

Née en 1968, la Méhari est une voiture de plein air avide de liberté, faite pour les balades sur le littoral ou en pleine campagne. Une voiture attachante, dont la carrière s’est prolongée jusqu’en 1987 et que les collectionneurs s’arrachent toujours. Que les nostalgiques se rassurent : presque 50 ans après sa première apparition, la Méhari revient ! Elle a certes un peu changé, mais reste une petite voiture de loisirs très sympathique.

Baptisée E-Méhari, la version 2016 de la voiture de Citroën est un petit cabriolet 4 places 100 % électrique, et sans équivalent aujourd’hui. Ses lignes se sont arrondies, elle se décline en une palette de 4 couleurs vives, et reste une voiture passe-partout grâce à son châssis surélevé et une vitesse de pointe de 110 km/h. Elle a tout pour séduire ! 
Grâce à sa motorisation électrique, l’E-Méhari est une voiture totalement silencieuse, qui inaugure une nouvelle façon de découvrir le cabriolet : cheveux au vent et sans un bruit.

Une autonomie limitée

Ne cherchez pas de serrure sur les portières de l’E-Méhari : comme son ancêtre, la voiture ne se verrouille pas. Une carte magnétique permet de la mettre sous tension : il suffit ensuite d’appuyer sur « D », comme Drive, pour démarrer cette voiture à boîte de vitesse automatique.

L’E-Méhari est équipée d’une batterie de 30 kWh, de technologie lithium métal polymère. Cette batterie sèche est réputée pour sa stabilité et son insensibilité aux variations climatiques. Mais attention au revers de la médaille : elle doit rester raccordée au réseau, sous peine de se décharger totalement en 48 h. 
La balade semble être la véritable vocation de l’E-Méhari, mais elle se montre également à l’aise dans la circulation. Et si son coffre de 200 litres qui passe à 800 litres en mode deux places donne des envies d’évasion, attention à son autonomie modeste : entre 100 et 200 km seulement. L’E-Méhari n’est donc pas faite pour une traversée du désert, contrairement au dromadaire dont elle emprunte le nom.

À louer plus qu’à acheter ?

Son prix ? 25 000 euros, mais elle donne droit au bonus écologique (soit 6 300 euros, voire 3 700 euros de plus en cas de reprise d’un diesel de plus de 10 ans). Il faudra encore ajouter à cette somme les 79 euros mensuels de location des batteries.

Pour vous faire plaisir sans débourser autant, visez les professionnels de la location en bord de mer : ils devraient plébisciter cette petite voiture et rapidement proposer l’E-Méhari à la journée.

À voir aussi