Allez au contenu , Allez à la navigation

ESPACE CLIENT
Pour profiter de tous vos services : factures, trajets, alertes...
Se connecter
>
> Protéger la grande faune et assurer votre sécurité

Protéger la grande faune et assurer votre sécurité

Publié le 03.02.2011

Cerfs, chevreuils et autres sangliers vivent aux abords de l’autoroute. Pour votre sécurité et leur sauvegarde, il faut les empêcher d’accéder aux voies. Tout en leur permettant de gagner l’autre côté de l’autoroute, qui traverse parfois leur territoire. Explications.

Vue d'un sanglier en forêt
Vue d'un sanglier en forêt

Des grillages sur tout le réseau

Le long des autoroutes APRR, des clôtures sont placées pour empêcher les animaux d’avoir accès aux voies. « D’un point de vue réglementaire, seuls certains secteurs de l’autoroute doivent être protégés. Nous avons cependant choisi de grillager l’ensemble du réseau, pour plus d’efficacité », explique Thomas Cagniant, technicien environnement chez APRR. Le grillage est adapté aux besoins : avec un maillage fin en bas, pour arrêter les petits animaux, et plus large en haut, pour barrer le passage aux cervidés… La hauteur habituelle du grillage est de 2 mètres, mais peut être portée à 2,5 mètres dans les secteurs fréquentés par les cerfs.

Des passages sûrs… et rassurants

Retenue par les grillages, la grande faune est protégée et ne représente plus un danger pour les automobilistes. Toutefois, cerfs, chevreuils et sangliers doivent pouvoir se déplacer sur leur territoire, en toute sécurité. Plusieurs solutions sont envisageables. Les plus efficaces et les plus spectaculaires des aménagements sont les passages à faune conçus par-dessus ou par-dessous l’autoroute. S’ils sont toujours prévus dès la conception des nouvelles autoroutes, ils n’ont pas été installés sur les plus anciennes. Toutes les autres possibilités sont alors exploitées : chemins forestiers, petites routes ou « chemins du pêcheur » longeant un cours d’eau, passant par-dessous l’autoroute… Les abords de ces passages sont aménagés et végétalisés pour être plus attractifs.

Une « sortie de secours » pour les gros animaux

Parfois, les animaux franchissent tout de même les grillages. Il suffit qu’un blaireau, fouisseur par excellence, creuse un passage sous le grillage pour que les sangliers, puis les chevreuils et les cerfs l’empruntent. Lorsqu’ils veulent revenir dans les bois, difficile pour eux de retrouver le passage. La solution a été imaginée par APRR… et reprise par les autres sociétés d’autoroute. « Nous avons conçu des ouvrages spécifiques : en suivant le grillage, les animaux arrivent devant un portillon ne s’ouvrant que vers l’extérieur. Ils l’empruntent alors pour sortir. Cette solution, économique et peu contraignante à mettre en place, est d’une grande efficacité », s’enthousiasme Thomas Cagniant.

Comment choisir l’emplacement de ces aménagements? C’est un mélange d’expérience et d’observation des traces… Sans oublier un indispensable dialogue avec tous les acteurs locaux : municipalités, agriculteurs, chasseurs, associations locales de protection de la faune…

À voir aussi